La biodiversité, notre priorité

Depuis ses débuts en 1978, le fabricant d’extraits de plantes et d’ingrédients naturels Alban Muller a choisi le respect de la nature comme ligne de conduite. Pour garantir son développement à long terme, il a compris qu’il fallait organiser la préservation de la biodiversité dans laquelle il puise ses ressources, les précieuses molécules actives incorporées dans des formules de cosmétiques naturels.

 

La préservation de la biodiversité : un axe majeur de développement

La PME familiale s’inscrit résolument dans la voie du développement durable pour produire ses cosmétiques 100% naturels. Pour cela, toutes les activités de l’entreprise sont mises à contribution, de la recherche à la vente en passant par la production et les fonctions supports.

La biodiversité se définit par la diversité des écosystèmes, des espèces ainsi que la diversité génétique, nécessaires à l’équilibre de la nature. Parce que toutes les actions, même minimes, sont nécessaires, Alban Muller a mis en œuvre des politiques ciblées pour préserver ce capital écologique si important pour le fonctionnement des écosystèmes qui nous entourent.

Un système basé sur l'économie circulaire

Pour préserver la biodiversité, Alban Muller s’applique à rentrer dans une démarche durable d’économie circulaire. Les cultures proches de l’usine fournissent des plantes dont l’ensemble des déchets végétaux est composté et rendu aux champs. Les consommations d’énergie sont optimisées : notons par exemple que 100%  de l’électricité consommée sur le site de production provient de l’énergie hydraulique et est donc renouvelable. Les efforts pour rester dans un modèle économique « circulaire » sont bénéfiques à l’entreprise Alban Muller ainsi qu’à toute la biodiversité qui l’entoure.

Les jardins d'eau et de biodiversité Alban Muller

Objectif « zéro rejet » d’eau

Alors que les milieux naturels humides sont les plus menacés en France, Alban Muller a décidé de favoriser cet écosystème aux vastes ressources. Pour cela, des jardins d’eau ont été créés autour du site de production sur environ 4 500 m². Mais alors comment fonctionnent-ils ?

Après son passage dans une station de pré-traitement, l’eau consommée par le site industriel est renvoyée dans les bassins et jardins qui vont évapo-transpirer cette eau et donc faire prospérer la biodiversité végétale. Notons que grâce aux jardins d’eau, le site de production se retrouve en « zéro rejet » d’eau pendant 8 mois de l’année, une fierté pour l’entreprise Alban Muller.

4500m² de jardins au service de la biodiversité 

Les jardins d’eau Alban Muller, par leur structure, favorisent une grande diversité de plantes mais également des espèces animales. Lièvres, oiseaux, abeilles, grenouilles, tritons, insectes et autres petite faune qui profitent de ce havre de paix pour se reproduire, se protéger et se nourrir.

Outre l’objectif de sauvegarde de la biodiversité, les jardins Alban Muller proposent une expérience sensorielle unique ainsi qu’un intérêt pédagogique. Des visites sont réalisées auprès de clients, fournisseurs ou autres partenaires afin de les sensibiliser aux enjeux de la préservation de la biodiversité.

Ayant conscience du rôle important des abeilles pour la pollinisation des plantes, Alban Muller a décidé d’implanter des ruches en complément d’une jachère apicole. Cela permet également de produire de la propolis, ingrédient riche en principes actifs entrant dans des spécialités Alban Muller.

La Cosmétopée de la Beauce

Auparavant dédié aux cultures intensives de céréales comme le blé, le maïs et la betterave, le paysage de la Beauce a depuis beaucoup changé. Aujourd’hui, la mise en place d’une véritable biodiversité locale, grâce à la culture de plantes traditionnelles aux propriétés cosmétiques a donné naissance à la Cosmétopée de la Beauce. Le paysage présente ainsi une grande variété de plantes telles que l’Eschscholtzia, le Mélilot, l’Avoine, la Grande camomille, la Pensée sauvage, la Sauge, le Bleuet, le Souci, le Thym, l’Angélique, la Verveine, le Chardon marie, etc. La production cosmétique Alban Muller favorise alors le développement de la biodiversité locale en cultivant ces plantes dans le respect de l’environnement.

 

Elle poursuivra son développement dans le cadre du programme BAC Grenelle pour la protection des nappes de captage sur 8 000 ha qui restent à mettre en culture avec d’autres plantes destinées à l’industrie cosmétique pour permettre un développement économique avec de vrais bénéfices environnementaux. Il est donc possible d’aller vers une valorisation écoresponsable des terres agricoles en concertation avec les industriels au bénéfice des consommateurs et des habitants..